Deux solutions pour les plaquettes de chauffage.

Le pouvoir calorifique du bois est directement lié à son humidité relative.
En théorie les chaudières automatiques à copeaux sont capables de brûler du copeau humide. Le réglage de la combustion sur la chaudière sera fait en conséquence.
Plus le copeau sera humide plus la consommation sera grande. Une partie de l'énergie dégagée par la combustion du bois sera utilisée pour sécher le copeau, et se retrouvera sous forme de vapeur dans les fumées. Il est envisageable de pouvoir condenser les fumées, ce qui permettrait de récupérer cette énergie perdue.
Mais si l'on veut le meilleur rendement global, il est nécessaire d'utiliser du copeau sec.
Deux méthodes permettent d'obtenir ce résultat.

1 ) Préparer du bois en rondins et le laisser sécher avant de le broyer.

Cette méthode a l'avantage de demander moins de place pour stocker le volume nécessaire. (le bois peut être stocké sous forme de rondin jusqu'au moment où on en a besoin)
Le broyage se faisant auprès du silo de la chaudière, le broyeur est utilisé pour remplir le silo.
Elle a par contre plusieurs inconvénients.

2 ) Broyage sur la coupe et séchage du copeau par la fermentation.

Cette méthode a plusieurs avantages.

L'inconvénient majeur est que dans bien des cas, il est nécessaire de prévoir un stockage intermédiaire et un dispositif adapté au chargement du silo de la chaudière.
Selon nous, si les contraintes de coupe, notamment en ce qui concerne le relief, n'empêchent pas le broyage sur coupe, il nous semble évident que la deuxième méthode est préférable.


Accueil